Les Russes pourraient tester le missile de croisière intercontinental à propulsion nucléaire SSC-X-9 Skyfall - La Norvège craint des émissions de radiations

Par: Maksim Panasovskyi | 18.09.2023, 19:02
Les Russes pourraient tester le missile de croisière intercontinental à propulsion nucléaire SSC-X-9 Skyfall - La Norvège craint des émissions de radiations

Les services de renseignement norvégiens craignent d'éventuelles émissions de radiations lors de l'essai présumé d'un missile russe à propulsion nucléaire. C'est ce que rapporte The Barents Observer, en se référant au vice-amiral Nils Andreas Stensønes, chef des services de renseignement norvégiens.

Ce que nous savons

Selon la source, la Fédération de Russie pourrait se préparer à tester le missile de croisière intercontinental Burevestnik (SSC-X-9 Skyfall selon la classification de l'OTAN), qui est équipé d'un système de propulsion nucléaire. Depuis plusieurs jours, on observe une activité accrue sur les îles de Novossibirsk et sur le polygone de tir de Pankovo.

Le missile pourrait être lancé en direction de la mer de Barents. Mais il n'est pas encore certain qu'un essai soit imminent. D'après la notification NOTAM, la fenêtre sera ouverte jusqu'au 24 septembre 2023. Les autorités norvégiennes surveillent de près la situation et s'inquiètent d'éventuels rejets de radiations.

Les informations sur la fusée SSC-X-9 Skyfall sont encore rares. Selon les données disponibles, le moteur de lancement est un moteur à combustible solide et le moteur de marche est un aérojet nucléaire. La puissance de ce dernier peut atteindre 766 kW. Il convient également de noter l'utilisation d'une turbine à gaz à flux direct de type ouvert.

Au cours de l'été 2019, un accident s'est produit lors des travaux sur le missile SSC-X-9 Skyfall. Dans la région d'Arkhangelsk, selon la version officielle, un moteur à réaction liquide avec une source d'énergie radio-isotopique a explosé. Dans la ville de Severodvinsk, située à 30 kilomètres du lieu de l'explosion, le niveau de radiation était presque 20 fois plus élevé que d'habitude.

Source : The Barents Observer : The Barents Observer