SpaceX ne pourra pas lancer un service satellitaire pour smartphones tant qu'elle n'aura pas prouvé qu'elle n'interfère pas avec les opérateurs.

Par: Maksim Panasovskyi | 14.11.2023, 13:38
SpaceX ne pourra pas lancer un service satellitaire pour smartphones tant qu'elle n'aura pas prouvé qu'elle n'interfère pas avec les opérateurs.

SpaceX a l'intention de lancer le service Direct to Cell dans le cadre du service Starlink en 2024. Il permettra d'envoyer des fichiers, des messages textuels et vocaux à partir de smartphones en utilisant des satellites internet. Mais la Commission fédérale des communications des États-Unis a quelques questions à poser à SpaceX.

Voici ce que nous savons

La société d'Elon Musk a déposé une demande d'autorisation auprès de l'autorité de régulation en 2022. On apprend que SpaceX ne pourra pas lancer le nouveau service tant qu'elle n'aura pas prouvé qu'il n'interfère pas avec d'autres services satellitaires et terrestres.

La Commission fédérale des communications a soulevé plusieurs questions lors de l'examen de la demande de l'entreprise aérospatiale. Elles concernent l'exploitation de Direct to Cell dans la bande 1910 MHz à 1995 MHz. SpaceX a jusqu'au 17 novembre 2023 pour répondre aux questions et fournir une analyse des interférences qui pourraient être causées par le lancement du nouveau service.

L'entreprise aérospatiale doit montrer les niveaux de puissance typiques pour les communications par satellite aux États-Unis. Une autre question porte sur la manière dont SpaceX mettra en œuvre l'arrêt du service cellulaire Starlink en cas d'interférence.

Source : PCMAG